Leading image

Pour les entreprises agricoles, l’avenir est dans le commerce électronique

Tendances

Cap sur le numérique

Avec la popularité grandissante des achats en ligne, le commerce électronique local et les plateformes commerciales donnent de plus en plus de visibilité aux petits producteurs sur les marchés mondiaux.

Le commerce électronique – la vente ou l’achat de biens ou de services via des plateformes numériques – a émergé comme le canal de vente mondial à la croissance la plus rapide au cours de ces dernières années. Le marché de l’alimentation et des boissons en ligne enregistre les bénéfices les plus élevés à l’échelle mondiale, avec une croissance anticipée de 80 % entre 2018 et 2022. Alors que le commerce électronique en Afrique devrait passer d’un peu moins de 7 milliards d’euros en 2014 à presque 65 milliards d’euros en 2025, la participation du continent à la vente en ligne demeure limitée par rapport au reste du monde. Cela est dû à plusieurs obstacles, parmi lesquels des infrastructures insuffisantes, des systèmes de paiement sous-développés, une méconnaissance des TIC, un faible pouvoir d’achat et un manque de confiance des consommateurs, ainsi que des réglementations et des politiques nationales inadéquates. Afin d’aider les entreprises à surmonter ces obstacles, des plateformes de facilitation du commerce ont également commencé à émerger.

Cultiver une économie numérique florissante

En avril 2017, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a lancé une plateforme en ligne afin d’aider les pays en développement à bénéficier du commerce électronique. Par le biais de la plateforme “eTrade for all”, les parties prenantes peuvent accéder à un réseau international de services techniques et financiers afin de faciliter le développement du commerce électronique et de l’économie numérique. “Avec l’amélioration des infrastructures de TIC, les solutions de paiement sont disponibles, les politiques commerciales sont adaptées à la numérisation, les cadres juridiques et réglementaires sont améliorés et les compétences sont développées, l’environnement propice à la participation des entreprises à l’économie numérique s’améliore”, assure Torbjörn Fredriksson, à la tête de la section Politiques des TIC de la CNUCED.

Le secteur privé contribue également à la numérisation du commerce agricole. L’entreprise ghanéenne AgroCenta (un des lauréats du Pitch AgriHack 2017 du CTA), s’efforce de répondre aux questions relatives à l’interconnexion des marchés et à l’inclusion financière dans la filière agricole. Via son application AgroTrade, l’entreprise permet de connecter son réseau de 15 000 petits exploitants à de grands acheteurs tels que les fabricants d’aliments pour animaux et les brasseries. Depuis son lancement en 2015, AgroCenta a augmenté les revenus des agriculteurs de presque 25 %. Établir une liste en ligne des accords commerciaux des agriculteurs leur permet de vendre en gros et de recevoir un prix équitable pour leurs produits. L’entreprise fournit également aux agriculteurs des états financiers pour tous les biens échangés sur la plateforme. Grâce à ces archives, les institutions financières sont mieux disposées à concéder des prêts aux agriculteurs afin qu’ils puissent investir dans les technologies et les intrants pour augmenter leur productivité.

À l’autre extrémité de la chaîne, l’application AgriTrade permet aux grossistes de s’approvisionner localement en matières premières tout en évitant des coûts d'importation élevés et des pénuries d’approvisionnement. Le suivi des quantités de produits spécifiques disponibles sur le réseau d’agriculteurs AgroCenta a permis aux fabricants qui utilisent AgroTrade d’augmenter leur capacité de production de 40 %.

Exploiter les technologies afin de renforcer l’utilisabilité

Les entrepreneurs ont amélioré la flexibilité et l’utilisabilité des services de commerce électronique à travers des innovations technologiques. Par exemple, un autre lauréat de l’édition de 2017 du concours Pitch AgriHack, Farmart Ltd, a commencé à utiliser l’apprentissage automatique sur sa plateforme numérique. Lorsque des clients potentiels visitent le site de Farmart, un chat bot(un logiciel programmé pour simuler une conversation) leur demande ce qu’ils cherchent et les oriente vers les produits pertinents. Des algorithmes sont également utilisés pour recommander des produits aux clients sur la base de leurs recherches et leurs achats précédents. “Nous essayons de nous démarquer de la concurrence en améliorant l’expérience des utilisateurs”, explique le PDG et fondateur de Farmart, Abraham Omani Quaye. Ainsi, l’entreprise a rapidement élargi sa clientèle pour atteindre environ 85 entreprises et plus de 1 000 particuliers depuis son lancement en février 2016.

En utilisant diverses technologies, l’entreprise sénégalaise MLouma fournit toutes les informations sur le marché dont les agriculteurs et les entreprises agricoles ont besoin pour prendre les bonnes décisions concernant le moment opportun de vendre ou d’acheter des produits agricoles. Afin de maximiser l’accès à ces informations, MLouma propose quatre canaux de communication. Les utilisateurs peuvent visualiser les produits disponibles dans une zone spécifique et mettre une annonce pour tous les produits qu'ils veulent acheter ou vendre sur le site ou l’application mobile de MLouma. De plus, pour les utilisateurs qui ont un accès limité à Internet, MLouma offre un service SMS qui leur permet de connaître la disponibilité des produits et les prix du marché, mais aussi de demander à ce que leurs propres produits soient commercialisés sur la plateforme web. Enfin, l’entreprise gère un centre d’appel pour aider les particuliers qui ne peuvent utiliser aucun des trois autres canaux proposés pour acheter et vendre des produits agricoles.

Gestion de la logistique et de la trésorerie

Comme expliqué par Abraham Omani Quaye, afin de demeurer compétitif dans l’univers en évolution constante du commerce électronique, il faut mettre au point un modèle commercial qui réponde aux besoins des utilisateurs. C’est exactement ce que l’entreprise camerounaise Jangolo a fait. Suite à des visites sur place, l’entreprise a découvert que les agriculteurs locaux perdaient du temps à obtenir des intrants et à transporter leurs produits vers les marchés. Jangolo, qui tirait à l’origine 100 % de ses revenus d'une simple plateforme de commerce électronique, a donc décidé de diversifier ses activités, et d’intégrer des entreprises de logistique et des fournisseurs d'intrants dans son réseau. “Nous voulons réduire le temps que les agriculteurs doivent passer à gérer la logistique et la vente afin qu’ils puissent se concentrer davantage sur la production agricole et l’apprentissage”, explique Bertrand Joffe, PDG et fondateur de Jangolo. Le commerce électronique ne représente plus que 7 % des activités de l’entreprise.

L'intégration des parties prenantes de l’entreprise tout au long de la chaîne de valeur agricole contribue à répartir les coûts de fonctionnement et à gérer les flux de trésorerie. Lorsque les acheteurs demandent à Jangolo une certaine quantité de produits, l’entreprise rédige une lettre d'intention avec un accord sur un prix. Deux semaines avant la récolte, l’acheteur verse à Jangolo au moins 30 % de l’argent, que les agriculteurs reçoivent lorsque le produit est collecté. Les acheteurs paient le solde à la livraison du produit, qui est divisé entre l’entreprise logistique, les agriculteurs et Jangolo. Cette approche minimalise le risque pour toutes les parties impliquées dans la transaction et a permis à Jangolo d’offrir ses services à 9 000 utilisateurs, dont 6 800 agriculteurs. “Toutes nos solutions sont extensibles, ce qui signifie que, si nous atteignions 2 millions d’utilisateurs demain, notre système continuerait à fonctionner sans problèmes”, indique Bertrand Foffe.

L’avenir du commerce électronique en Afrique

Le potentiel d’élargissement des solutions de commerce numérique et de création de croissance économique est l'une des raisons pour lesquelles l’Union africaine promeut la création d'une “économie électronique intégrée”, à travers son Agenda 2063. Cependant, pour que les entreprises de commerce électronique fonctionnent au niveau régional et international, le continent doit mettre en place une stratégie ou un système de gouvernance complet sur cette question. Lors d'une récente conférence de l’UA sur le commerce électronique organisée en juillet 2018, le secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, a déclaré : “Nous avons besoin d'un dialogue entre le secteur privé, les gouvernements et les universités sur les politiques adaptées qu'il faut mettre en œuvre.” Dans le contexte du mouvement en faveur du commerce interafricain, avec la mise en place récente de la Zone économique africaine de libre-échange (voir l’article de Spore Libre-échange : un nouvel accord commercial panafricain prometteur), la demande de législations harmonisées sur les questions de cybersécurité est particulièrement prévalente. Du 10 au 14 décembre 2018, les parties prenantes de l’UA et de l’UE se rassembleront pour la première Semaine africaine du commerce électronique afin de débattre de ces questions et d’ouvrir la voie à une plus forte croissance de l’économie numérique africaine.

En plus de la création d'un environnement propice, les jeunes entrepreneurs digitaux qui investissent dans le commerce électronique en général et le commerce électronique agricole en particulier doivent obtenir un soutien adéquat afin de renforcer leurs compétences commerciales et techniques. Les programmes d’entrepreneuriat tels que le Pitch AgriHack du CTA jouent un rôle central afin d’aider les nouvelles entreprises dans le secteur des technologies agricoles à améliorer leurs plateformes techniques pour demeurer compétitives et renforcer la loyauté de leurs clients. Soutenir la croissance et la durabilité de ces plateformes de commerce électronique locales qui montent aidera l’Afrique à récolter les fruits de ses efforts dans le commerce électronique.

Emplacement:

Spore : retour sur 30 ans de transformation agricole

par et

En 34 ans de publication, Spore s’est installé dans le paysage agricole comme une référence au service d’une transformation durable. Cette aventure prend fin avec ce dernier article Tendances, dans lequel nous revenons sur l’héritage légué par le magazine phare du CTA et son évolution d’un simple bulletin technique à une publication exhaustive en ligne et sur papier.

Les petits producteurs donnent de la voix

par

Mieux organisés et formés, les agriculteurs des pays ACP sont de plus en plus impliqués dans l’élaboration des politiques et stratégies agricoles. Leurs intérêts sont ainsi mieux défendus.

Le potentiel de la digitalisation agricole africaine décrypté

par

Pour la première fois, un rapport du CTA compile et met en lumière des données précises et actualisées sur les solutions digitales permettant à l’agriculture africaine de relever les défis de sa transformation.

Des fonds de financement pour l’agriculture africaine

par

Les fonds d’investissement à impact social deviennent l’instrument privilégié des gouvernements et bailleurs de fonds pour encourager le secteur privé à investir dans l’agriculture africaine.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!