Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

La sauce chili en mode bio en Zambie

Production et valeur ajoutée

Épices et fines herbes

En Zambie, de petits exploitants agricoles fournissent de l’ail et des piments à une entreprise locale qui produit des condiments bio et les distribue dans tout le pays et en Afrique australe.

En Zambie, la production biologique de piments et d’ail améliore les revenus de plus 800 petits agriculteurs, qui vendent leurs récoltes à Lumuno Organic Farms, une entreprise de transformation située dans le district de Chongwe, à l’est de la capitale Lusaka. Celle-ci fabrique des produits à valeur ajoutée, dont des sauces au piment et à l’ail et au piment.

Une décennie après sa création en 2007 par Khama Mbewe, l’entreprise Lumuno Organic Farms produit plus de 20 000 bouteilles de sauce chili nature et à l’ail par mois et pèse plus de 420 000 €. L’agriculture, c’est l’avenir de la Zambie”, affirme Khama Mbewe.

En 2012, une subvention de partenariat stratégique de l’USAID a permis à Lumuno d’acquérir les technologies et les équipements et de former son personnel. “Avec cette subvention, nous avons modernisé notre chaîne de production de sauce chili et établi un réseau de sous-traitants pour accroître notre capacité de production et passer de 9 000 à 20 000 bouteilles de sauce chili par mois”, s’enorgueillit Khama Mbewe. Les contrats de sous-traitance ont le mérite d’accroître la production de Lumuno, mais également d’offrir aux petits maraîchers un marché durable et fiable pour leurs récoltes. “Avant, je ne cultivais de l’ail et des piments que pour notre consommation personnelle, alors qu’aujourd’hui j’en produis sur 80 ares. Par comparaison avec le maïs, ce sont des cultures plus rentables, qui demandent moins de main-d’œuvre”, se félicite ainsi Mercy Banda, 49 ans, productrice de piments et d’ail.

Plus de 500 agriculteurs ont suivi une formation sur la production biologique de piments et d’ail et les activités d’après-récolte, un programme mené par Lumuno Farms en partenariat avec le ministère zambien de l’Agriculture. “Des agents de vulgarisation nous ont donné des cours sur la gestion des cultures, de la préparation de la terre aux activités d’après-récolte”, explique Chisomo Phiri, bénéficiaire du programme de sous-traitance. “Je n’ai jamais autant appris de toute ma carrière dans l’agriculture.” La brigadière générale Emelda Chola, par ailleurs secrétaire permanente de la province de Lusaka, explique que les petits producteurs de maïs devraient envisager de se diversifier et de se tourner vers des cultures à haute valeur ajoutée, comme les piments et les fines herbes, et félicite Lumuno d’avoir signé avec le Comité de liaison Europe-Afrique-Caraïbes-Pacifique un contrat de 40 000 € (470 300 kwacha environ) pour la formation des petits exploitants agricoles à l’agriculture biologique.

L’entreprise emploie 15 personnes à temps plein et plus d’une centaine de saisonniers. L’accroissement de sa production lui a aussi permis de fournir les supermarchés locaux de la chaîne Spar et d’entamer des négociations avec la chaîne zambienne ShopRite. Lumuno écoule sa production sur le marché national et exporte sa gamme novatrice en République démocratique du Congo et dans des pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe, dont l’Angola, le Botswana, le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe, depuis l’obtention de la subvention de l’USAID.

Doreen Chilumbu Nawa

Même sans terres, leurs revenus agricoles augmentent

par

En Ouganda, des groupes de femmes marginalisées, sans terres, pratiquent une agriculture verticale et le lombricompostage afin d’augmenter les revenus et la sécurité alimentaire dans la capitale.

Au Kenya, une ferme-école en lien avec le marché

par

Dans l’ouest du pays, un centre de formation local dispense des conseils techniques sur les meilleures pratiques et permet aux petits producteurs de mieux comprendre le fonctionnement du marché.

Tomates au Nigeria : un concentré de bonnes pratiques

par et

Des cultivateurs au Nigeria apprennent à produire des tomates de bonne qualité afin de bénéficier de meilleurs des débouchés commerciaux.

En Zambie, la production d’arachide dope les revenus des agriculteurs

par

En Zambie, un meilleur accès aux semences d’arachide améliorées et aux formations à la gestion des cultures stimule la productivité des petits exploitants et renforce leur accès au marché, dans le contexte de la baisse du prix du coton.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!