Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

En Ouganda, la citrouille se transforme en revenus pour les jeunes agriculteurs

Production et valeur ajoutée

Valorisation

L’entreprise Byeffe Foods coopère avec un réseau de plus de 5 000 jeunes producteurs pour produire des aliments nutritifs à partir de citrouilles, vendus dans tout le pays.

Fatuma Namutosi avait 24 ans lorsqu'elle a créé Byeffe Foods (byeffe signifiant “la nôtre”) en 2015, dans l'ouest de l'Ouganda, avec l’objectif de remédier aux taux élevés de malnutrition dans son pays. L'entreprise produit désormais 20 tonnes de produits nutritifs à base de citrouille par an, comme de la farine et des snacks aux graines de citrouille qui sont distribués dans des écoles, des hôpitaux et des supermarchés de la région.

Après une année passée à identifier des cultures à la fois nutritives et poussant facilement, Fatuma Namutosi a injecté un capital de 500 000 shillings ougandais (114 euros) dans la création de Byeffe Foods. Ses recherches ont montré que les citrouilles sont cultivées par la plupart des ménages et qu'elles contiennent davantage d'antioxydants, de protéines et de vitamines que la plupart des légumes. Leurs feuilles peuvent également être bouillies pour être consommées, fournissant des quantités notables de fibres alimentaires, de protéines et de vitamines A et E.

Afin d'identifier les agriculteurs locaux qui sont susceptibles d’approvisionner son entreprise, Fatuma Namutosi a travaillé avec le programme Feed the Future Uganda de l'USAID. Ce soutien a permis à Byeffe Foods de former à la production de citrouilles plus de 5 000 jeunes agriculteurs, à qui on a fourni des graines pour garantir la qualité des produits cultivés. En 2016, Byeffe a participé à l'événement Feed the Future Youth Leadership for Agriculture afin de promouvoir son modèle d'affaires et ses produits. Ces contacts ont débouché sur un partenariat entre Byeffe et des écoles primaires du pays, l’entreprise leur fournissant de la farine riche en zinc et en vitamine A.

Pour faire face à la demande élevée de produits sains et à l’offre limitée de citrouilles fraîches par Byeffe, Feed the Future a engagé 1 280 autres jeunes agriculteurs sous contrat. Ces jeunes se sont empressés de s’associer à ce projet, vu les faibles coûts de production, les rendements élevés – en moyenne, 1 hectare de cultures permet de produire entre 15 000 et 30 000 kg de citrouilles – et la promesse faite par Byeffe de fournir des semences et d’offrir des services de vulgarisation.

La production de 1 kg de farine sèche nécessite 10 kg de citrouilles fraîches, que Byeffe se procure auprès de ses agriculteurs au prix de 300 UGX (0,07 €) le kilo. Les citrouilles sont ensuite séchées au soleil et transformées en farine conditionnée en sacs de 500 g ou 1 kg – ce dernier étant vendu pour 4 000 UGX (0,9 €).

Byeffe Foods produit des farines de citrouille sans gluten mélangées à du soja et du millet, ainsi que des feuilles et des graines de citrouille. Actuellement, Byeffe Foods réalise un chiffre d’affaires annuel de 515 000 € en vendant ses produits aux écoles, aux supermarchés ou à des clients directs. Fatuma Namutosi entend développer son réseau d'agriculteurs afin de produire 50 tonnes de produits à base de citrouille d'ici la fin de 2018. “Nous n'avons pas encore la capacité de nourrir tout le pays”, explique-t-elle. “Nous devons donc étendre notre partenariat [avec les agriculteurs] et faire construire notre propre usine de production.” L'entreprise est à présent sur le point d’être certifiée par le Bureau ougandais des normes, ce qui lui permettra de pénétrer de nouveaux marchés pour y vendre d'autres produits à base de citrouille à haute valeur ajoutée, comme du vin, du jus et de l’huile de pépins de citrouille.

Même sans terres, leurs revenus agricoles augmentent

par

En Ouganda, des groupes de femmes marginalisées, sans terres, pratiquent une agriculture verticale et le lombricompostage afin d’augmenter les revenus et la sécurité alimentaire dans la capitale.

Au Kenya, une ferme-école en lien avec le marché

par

Dans l’ouest du pays, un centre de formation local dispense des conseils techniques sur les meilleures pratiques et permet aux petits producteurs de mieux comprendre le fonctionnement du marché.

Tomates au Nigeria : un concentré de bonnes pratiques

par et

Des cultivateurs au Nigeria apprennent à produire des tomates de bonne qualité afin de bénéficier de meilleurs des débouchés commerciaux.

En Zambie, la production d’arachide dope les revenus des agriculteurs

par

En Zambie, un meilleur accès aux semences d’arachide améliorées et aux formations à la gestion des cultures stimule la productivité des petits exploitants et renforce leur accès au marché, dans le contexte de la baisse du prix du coton.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!