Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

En Haïti, du maïs amélioré pour relancer l’agriculture

Production et valeur ajoutée

Semences

Une nouvelle variété de semence de maïs améliorée offre sept fois plus de rendement que les variétés traditionnelles haïtiennes, ce qui contribue à remédier à l’insécurité alimentaire et la malnutrition sur l’île. Des agriculteurs ont été formés à la production et à la préservation de la pureté génétique de cette variété.

Une variété de maïs riche en protéines, avec une plus grande pureté sur le plan génétique et un meilleur potentiel de rendement que les variétés locales, a été produite en croisant plusieurs variétés sélectionnées pour leurs caractéristiques et distribuée en Haïti. Ce maïs amélioré, baptisé “Hugo Plus”, est plus nutritif que les variétés locales car il contient plus d’acides aminés essentiels et est une bonne source de protéines. Hugo Plus permet aussi de produire jusqu’à 7 tonnes par hectare, contre en moyenne moins de 1 tonne pour les variétés traditionnelles. Le Centre international d'amélioration du maïs et du blé (CIMMYT) a produit 150 tonnes de cette semence améliorée afin de renforcer la sécurité alimentaire locale et réduire la malnutrition.

Haïti, le pays le plus pauvre des Caraïbes, enregistre les plus faibles rendements de maïs de la région, et environ 50 % de sa population souffre de malnutrition. Or tant que la sécurité alimentaire n’est pas assurée, Haïti ne peut pas se développer économiquement et devenir un pays stable, selon l’USAID qui a participé à la mise en place du projet. De plus, en l’absence d’entreprises semencières officielles, il est difficile d’améliorer la sécurité alimentaire, explique Alberto Chassaigne, spécialiste du système semencier du maïs au CIMMYT. “Après la récolte, les agriculteurs vendent souvent la totalité de leur production, ce qui ne leur laisse plus rien pour la prochaine saison et les force à planter de simples grains de maïs achetés sur les marchés locaux plutôt que des semences certifiées, réduisant ainsi sensiblement le rendement au fil du temps.”

Une première variété Hugo “basique” a été produite et fournie aux agriculteurs haïtiens en 1998, après des décennies de recherches sur le maïs en Haïti et en Amérique latine conduites par le CIMMYT et l’ONG Organization for the Rehabilitation of the Environment. Bien qu’elle était l’une des variétés préférées des agriculteurs, cette Hugo “basique” a perdu de sa pureté génétique au fil du temps en raison de l’absence de production certifiée de semences dans la région, ce qui a conduit à une diminution des rendements.

Pour assurer la préservation de la pureté génétique du nouvel Hugo, le CIMMYT organise des activités de développement des capacités de production et de transformation de Hugo Plus pour les agriculteurs intéressés par un emploi dans le secteur national des semences de maïs. Trois groupes d’entrepreneurs désireux de créer une entreprise de semences ont été identifiés et le CIMMYT a dispensé à chaque groupe une formation sur la production et la transformation de semences. Un projet partenaire, Feed the Future Chanje Lavi Plante, travaille avec 60 000 exploitants agricoles, dont 3 000 “maîtres agriculteurs” qui promeuvent l’utilisation de Hugo Plus auprès des autres producteurs locaux. “Nous pouvons avoir un impact à Haïti, mais le plus important est qu’il y ait ici des gens bien formés à la production de semences de qualité, dans le but de réduire la dépendance”, assure Alberto Chassaigne.

Sur les 150 tonnes du nouvel Hugo Plus produites en 2016-2017 au Mexique, 20 tonnes sont déjà arrivées en Haïti, où elles vont être vendues à des agriculteurs à un prix abordable, via des magasins d’intrants établis par le programme Feed the Future de l’USAID et ses partenaires. Les 130 tonnes restantes serviront de réserve stratégique de semences en cas de catastrophe naturelle et seront ainsi immédiatement disponibles pour une nouvelle plantation ; 15 tonnes de semences seront récoltées en Haïti, soit nettement plus que 0,3 tonne les années précédentes.

À travers une série systémique d’essais, les scientifiques du CIMMYT ont découvert les germoplasmes de deux nouvelles variétés résistantes – “Mayi Plus I” et “Mayi Plus II” – qui sont plus performantes que toute autre semence disponible, tant dans les cultures irriguées que pluviales. Ces variétés résistantes sont actuellement multipliées pour être fournies aux cultivateurs de maïs haïtiens.

Partners

  • International Maize and Wheat Improvement Center
Emplacement:

Même sans terres, leurs revenus agricoles augmentent

par

En Ouganda, des groupes de femmes marginalisées, sans terres, pratiquent une agriculture verticale et le lombricompostage afin d’augmenter les revenus et la sécurité alimentaire dans la capitale.

Au Kenya, une ferme-école en lien avec le marché

par

Dans l’ouest du pays, un centre de formation local dispense des conseils techniques sur les meilleures pratiques et permet aux petits producteurs de mieux comprendre le fonctionnement du marché.

Tomates au Nigeria : un concentré de bonnes pratiques

par et

Des cultivateurs au Nigeria apprennent à produire des tomates de bonne qualité afin de bénéficier de meilleurs des débouchés commerciaux.

En Zambie, la production d’arachide dope les revenus des agriculteurs

par

En Zambie, un meilleur accès aux semences d’arachide améliorées et aux formations à la gestion des cultures stimule la productivité des petits exploitants et renforce leur accès au marché, dans le contexte de la baisse du prix du coton.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!