Leading image

Les indications géographiques boostent les prix pour les agriculteurs caribéens

Commerce et marketing

par

Après l’obtention de certifications d’indications géographiques (IG) pour des produits agricoles de République dominicaine, Jamaïque et Trinité-et-Tobago, les prix ont augmenté de 200 % et la demande de 100 %. Au bonheur des agriculteurs.

Parmi les États anglophones des Caraïbes, la Jamaïque a été le premier à enregistrer une indication géographique (IG), une certification qui distingue les produits de niche avec une origine géographique. Ce fut le cas d’abord pour le mélange d’épices jerk en 2015, puis pour le rhum en 2016. “La majorité des matières premières utilisées dans le jerk jamaïcain étant d’origine locale, cela offre un marché garanti aux agriculteurs”, explique Lilyclaire Bellamy, directrice exécutive de l’Office de la propriété intellectuelle de Jamaïque, qui a observé la création d’industries secondaires en Jamaïque à la suite de la hausse de la demande des marques protégées internationalement. “Ceux-ci sont maintenant davantage incités à faire pousser des piments, par exemple, pour les producteurs de jerk enregistrés. En outre, les IG constituent une occasion pour le secteur touristique jamaïcain de créer de nouvelles attractions pour présenter les produits aux visiteurs.”

La Montserrat Cocoa Farmers’ Co-operative Society Limited (MCFCSL), à Trinité-et-Tobago, a obtenu la première IG du pays en 2017. La MCFCSL, qui compte 48 membres, a été créée en 2010 et produit du cacao Trinitario dans la région des Montserrat Hills, au centre de Trinité. Le président de la MCFCSL, Christopher Paul, nous parle de l’impact de l’obtention de l’IG pour son cacao : “En conséquence directe, nous avons pu obtenir un meilleur prix sur le marché local et la demande des acheteurs internationaux a augmenté de 100 %. L’IG montre que nos fèves sont uniques, garantissant ainsi aux acheteurs une qualité exceptionnelle en termes de saveur, ce qui nous confère plus de poids dans les négociations et nous rend plus compétitifs.”

En 2010, le café de Valdesia (CDV) a obtenu la première IG de République dominicaine et, en 2016, il a été le premier café au monde et le premier produit agroalimentaire d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie à recevoir une appellation d’origine protégée (AOP) de l’UE. Bien que les agriculteurs exportent vers l’Europe et les États-Unis depuis le milieu des années 1850, le Conseil de réglementation du café de Valdesia n’a été fondé qu’en 2009, afin de représenter la région productrice du CDV et d’obtenir le label de qualité de l’IG afin de se distinguer davantage sur la scène internationale. “Grâce à l’IG, nous avons pu étendre notre protection juridique contre la concurrence commerciale déloyale, tout en garantissant un niveau de qualité à nos acheteurs”, explique Richard Decamps, CEO du Conseil. “Nous avons aussi reçu des prix plus élevés pour le café vert (matière première) et le café transformé (torréfié ou moulu).” Les données de 2016/2017 indiquent que le prix moyen à l’exportation du café vert certifié CDV est de 205 % plus élevé que le prix de référence à la bourse de New York. “Le processus a eu d’autres retombées, puisque le Conseil a pu lever davantage de fonds pour financer des projets en soutien aux agriculteurs”, ajoute Richard Decamps. “L’un d’entre eux consiste à maintenir cinq pépinières communautaires pour fournir des plants de café aux producteurs.”

Se tournant vers l’avenir, Lilyclaire Bellamy l’affirme : “La protection des indications géographiques n’en est qu’à ses balbutiements dans les Caraïbes, et nous sommes en train de développer notre base de connaissances. Cependant, l’accord de partenariat économique entre l’UE et le CARIFORUM permet l’échange et la reconnaissance des listes d’IG, ce qui encouragera peut-être la région à certifier ses produits.”

Au Rwanda, des produits frais sur commande pour les citadins

par

Une épicerie en ligne avec service de livraison offre des débouchés aux fabricants de produits frais, en tirant profit des données des consommateurs pour connecter l’offre locale et la demande.

En Ouganda, une herbe locale pour éviter les pailles en plastique

par et

Près de 200 agricultrices complètent leurs revenus en fournissant une herbe avec laquelle Our Roots Africa fabriquent des pailles.

Au Nigeria, les femmes rurales révolutionnent le commerce des graines de caroube

par

Une start-up de transformation alimentaire développe le potentiel d’une culture locale nourrissante et bon marché, tout en offrant aux femmes rurales l’accès à un marché fiable.

En Tanzanie, le bon filon des snacks à base de patate douce

par

Une entreprise de transformation agricole produit des aliments nutritifs à base de patate douce et offre ainsi un marché direct aux agriculteurs – principalement des jeunes et des femmes – de la région.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!