Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Une plateforme numérique simplifie l’accès aux services de vulgarisation

Smart-tech et innovation

Conseils par SMS

En Afrique subsaharienne, une nouvelle appli apporte des services techniques aux petits exploitants des zones rurales. Elle renforce leur accès à des conseils de qualité et aide les nouveaux agriculteurs à apprendre leur métier “sur le tas”.

Au Kenya, au Nigeria et en Tanzanie, une plateforme numérique d’aide à la décision dispense des conseils techniques aux petits exploitants et augmente ainsi leur productivité. Développée par l’entreprise de fourniture de services techniques USOMI Limited à Nairobi (Kenya), l’application Lulu® facilite l’accès aux intrants agricoles et aux services de vulgarisation. Disponible sur le web et sur les terminaux mobiles, Lulu® permet aux agriculteurs d’obtenir en temps réel des réponses personnalisées à leurs questions agricoles. Elle leur fournit des conseils aux moments opportuns sur la gestion des cultures et des animaux, aux périodes clés de leur croissance.

Selon USOMI, l’appli a été créée en réponse à la frustration des agriculteurs dont l’accès aux marchés et aux services techniques est difficile. La plupart des magasins spécialisés étant situés en zones urbaines et périurbaines, les agriculteurs des zones rurales ont souvent du mal à obtenir les intrants dont ils ont besoin pour optimiser leur production, tandis que la piètre qualité des infrastructures et les coûts élevés des transactions limitent leur accès aux négociants agricoles. Toutefois, via Lulu®, les agriculteurs peuvent commander des intrants directement depuis chez eux et les payer avec leur téléphone portable. Les marchandises, provenant de fournisseurs agréés enregistrés sur la plateforme, sont ensuite livrées chez l’agriculteur ou au centre de collecte le plus proche.

Les agriculteurs qui s’inscrivent aux services de vulgarisation en ligne de l’appli reçoivent aussi par SMS des instructions ciblées, coïncidant avec les étapes clés des cycles de leurs cultures et/ou des périodes spécifiques de croissance des animaux. Les informations reçues expliquent par exemple comment nourrir les vaches en lactation et comment s’occuper des poussins jusqu’à leur âge adulte, ce qui permet aux nouveaux agriculteurs d’apprendre leur métier “sur le tas”.

“Cette appli m’aide à gérer efficacement mes vaches laitières: je peux désormais identifier une vache malade, en chaleur ou gestante en entrant des données dans l’appli, par exemple le poids de l’animal ou son comportement”, explique Timothy Kinuthia, éleveur laitier basé à Nyeri (Kenya). Depuis qu’il reçoit des conseils de gestion via l’appli à laquelle il s’est inscrit il y a deux mois, Timothy Kinuthia affirme que ses rendements laitiers ont augmenté de 20 %. “Autrefois, je produisais 180 litres de lait par jour avec mes huit laitières. Aujourd’hui, j’en suis à 230 litres par jour !”, précise-t-il.

Au Kenya, les agriculteurs doivent payer 1 000 shillings par mois pour avoir accès à cette appli, qui est toujours disponible gratuitement au Nigeria et en Tanzanie, où USOMI cherche à élargir sa base de clients. Lulu® compte actuellement quelque 3 000 utilisateurs au Kenya, au Nigeria et en Tanzanie, et l’entreprise entend la lancer au Malawi, au Rwanda et en Ouganda plus tard dans l’année.

Emplacement:

Au Nigeria, les agriculteurs connaissent bien leurs sols

par et

Des capteurs permettent aux petits agriculteurs d’obtenir des informations sur l’état de santé de leurs sols et contribuent ainsi à réduire les imprévus dans les activités agricoles.

Au Zimbabwe, des contrats automatisés par une appli mobile

par

Des petits agriculteurs obtiennent des financements plus facilement grâce à une appli de notation de crédit qui suit leurs activités et leur capacité à rembourser leurs emprunts.

Au Belize, des débouchés commerciaux pour le curcuma sauvage

par

Dans le district de Toledo, les agriculteurs se voient payer leur curcuma trois fois plus que le prix moyen par une entreprise de transformation locale qui produit une pâte de curcuma “sauvage” à partir des racines.

Aux Caraïbes, des techniques de culture hors sol “plus durables”

par et

Pour surmonter les difficultés de production liées à la variabilité du climat, de jeunes entrepreneurs de la Barbade et Sainte-Lucie ont recours aux techniques de l’hydroponie et de l’aquaponie.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!