Leading image

Les saveurs du Botswana mises en bocal

Entrepreneuriat

L’entreprise sociale de Bonolo Monthe, Maungo Craft, se lance sur le marché des “super-aliments” avec des confitures contenant peu ou pas de sucre et produites au Botswana.

© Maungo Craft

Des fruits rentables

Soucieuse de réduire le gaspillage de fruits et de tirer parti des cultures indigènes, l’entreprise botswanaise Maungo Craft produit une gamme unique de confitures à base de “super-aliments”.

Ses confitures, marmelades et chutneys gourmands ont déjà valu plusieurs prix à l’entreprise sociale Maungo Craft. Pour obtenir ces produits incluant une gamme de confitures uniques et saines, contenant peu ou pas de sucre, l’entreprise utilise les résidus du processus d’extraction d’huile des fruits du marula, ainsi que d’autres cultures sauvages et abondantes, telles que les baies et le baobab.

“Nous créons nos profils aromatiques en interne et les soumettons ensuite à un processus de recherche rigoureux”, explique Bonolo Monthe,directrice générale de cette entreprise qu’elle a fondée en 2017 avec Olayemi Aganga et Motseoeme Taunyane. “Si nous trouvons un profil similaire ailleurs, nous changeons simplement de cap et créons quelque chose de complètement différent.”Comme la “Nana”, un des produits phares de Maungo Craft. “Il s’agit d’une confiture à faible teneur en sucre et dont le profil aromatique unique est composé de fruits de marula, de bananes et de noix de coco. Nous avons également développé la saveur ‘Mara Mara’ qui se compose de fruits de marula fumés, de piments et de gingembre. Nous mettons la culture en bocal pour permettre aux gens de goûter le Botswana.”

Maungo Craft travaille avec des entreprises productrices d’huile de graines de marula qui récoltent les fruits des communautés rurales. “Nous avons établi des relations de symbiose avec des entreprises qui utilisent les graines de marula pour fabriquer des huiles cosmétiques et pour les soins de la peau. Contrairement à ces entreprises qui pressent les fruits uniquement pour en extraire de l’huile, nous utilisons des fruits qui, autrement, seraient voués au gaspillage. Ce faisant, nous créons des emplois dont nous avons grandement besoin et nous diversifions l’économie du pays”, poursuit Bonolo Monthe.

Maungo Craft commercialise les fruits indigènes en exploitant leur valeur nutritionnelle. Le fruit du marula est riche en vitamines et nutriments et contient, à titre d’exemple, huit fois plus de vitamine C que les oranges. L’entreprise, qui emploie cinq personnes, a organisé les premières séances de dégustation de ses produits sur les marchés de producteurs et a su répondre à une demande croissante d’aliments sains. Bonolo Monthe précise : “Les tendances actuelles sur les marchés favorisent des produits peu ou pas sucrés et nous pensons que, en tant qu’entreprise jeune et nouvelle, ce sont ces produits que nous devons développer.”

Depuis des débuts dans une cuisine familiale, l’entreprise Maungo Craft a remporté 11 récompenses locales et internationales. En septembre 2019, elle a gagné le concours Generation AfricaGoGettaz Agripreneurship au Ghana et a reçu 50 000 $ (45 490 €). Avec cette somme, Maungo Craft équipe sa nouvelle usine, développe ses activités, achète des matières premières et des emballages, et étoffe son équipe. “Arriver en tête du concours GoGettaz, qui comptait plus de 3 000 candidats, est un véritable bonheur ! Ce prix récompense le travail acharné que mes cofondateurs et moi-même accomplissons depuis deux ans”, se réjouit Bolono Monthe.

Depuis la mi-2018, l’entreprise a vendu plus de 6 500 bocaux à un prix moyen de 3,60 € et souhaite désormais conquérir de nouveaux marchés. L’entrepreneuse passionnée annonce la couleur : “Nos plans d’expansion prévoient l’exportation de nos produits sur plusieurs marchés en Afrique, mais nous sommes également en pourparlers avec des acheteurs sur le marché américain.”

À Sainte-Lucie, des jeunes champions du champignon

par

Des technologies de contrôle de la température et des techniques agricoles durables ont permis à Marquis River Farm de remplacer les importations de champignons par une production nationale.

Au Bénin, des légumes frais découpés et prêts à être cuisinés

par

En s’attaquant à un problème de pertes post-récolte, le jeune Aldred Dogue a découvert le marché des légumes prêts pour emploi. Son entreprise Africa Foods Mill répond à une demande croissante.

À Trinité-et-Tobago, les potagers toujours plus populaires

par

Étudiant et entrepreneur, Jameel Phillip aménage des potagers urbains qui maximisent la production sur de petites surfaces. Une aubaine dans les Caraïbes, où les espaces de culture manquent souvent.

En Côte d’Ivoire, des plantations gérées à distance

par

WeFly Agri, la start-up de Joseph-Olivier Biley fondée en 2017, fournit des services basés sur les drones pour aider les propriétaires d’exploitations et de plantations à gérer leurs terres à distance.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!