Leading image

L’énergie solaire stimule la filière avicole en Jamaïque

Dossier

par

Un tout nouveau système à énergie solaire raccordé au réseau a permis à des aviculteurs jamaïcains de réduire leur facture énergétique de 40 %. Une solution durable et opportune dans un contexte de hausse du coût de l’énergie et des températures en Jamaïque.

En Jamaïque, plus de 90 % de l'électricité est produite à partir de combustibles fossiles importés, d’où la vulnérabilité du prix de l’électricité à la hausse des cours mondiaux du pétrole et aux fluctuations des devises étrangères. En 2010, dans un contexte d’escalade des coûts de production, l’entreprise Jamaica Broilers Group (JBG) s'est lancée dans la mise au point d’un système énergétique économiquement et écologiquement durable pour ses éleveurs sous contrat.

JBG, fondée en 1958, est la plus grande entreprise agro-industrielle des Caraïbes. Elle élève des poussins, produit des œufs à couver et des aliments pour volaille pour ses éleveurs sous contrat. Elle vend également des poussins, des aliments pour volaille et du matériel d’élevage aux agriculteurs indépendants. Les éleveurs sous contrat avec JBG bénéficient aussi d’un soutien technique, avec notamment des visites quotidiennes d’agents techniques, de vétérinaires et de personnel d'entretien et d'ingénierie. Les éleveurs sous contrat et leurs employés ont en outre la possibilité de participer à des programmes et des ateliers de formation structurés et réguliers, qui les informent des nouveautés sur les techniques d'élevage et les équipements.

Pourquoi miser sur l’énergie solaire ?

Entre les mois de mai et d’octobre, la Jamaïque bénéficie de 8 à 9 heures d'ensoleillement par jour, avec des températures moyennes de 32 °C. De telles conditions ne sont guère propices à l’élevage de volailles. La climatisation des installations d’élevage représente jusqu'à 40 % des coûts d’exploitation pour les éleveurs sous contrat avec JBG. La plupart d’entre eux sont encouragés à utiliser des tunnels d’élevage ventilés. Toutefois, ces installations entièrement fermées et climatisées sont très gourmandes en énergie. Afin de limiter l'augmentation des frais d’électricité supportés par les éleveurs, JBG leur octroyait jusqu’ici une subvention “énergie d’été”. Mais l’escalade des coûts de production, liée à l’importante consommation d’énergie, a incité JBG à explorer des solutions alternatives de gestion de l'énergie pour ses agriculteurs.

“Au terme d’une recherche intensive, l’usine de transformation Best Dressed Chicken (BDC) de JBG a opté pour l’énergie solaire”, explique Pamela Russell, directrice générale de BDC.“ Fin 2011, BDC avait conçu un système à énergie solaire raccordé au réseau permettant d’alimenter une exploitation d’élevage dotée d’une surface de toiture d’au moins 1 486 m².” Ce système à énergie solaire a été installé et testé avec succès dans une exploitation pilote. L'entreprise a ensuite rencontré des éleveurs afin de leur présenter les avantages du système et le projet “énergie solaire” de BDC a été officiellement lancé en 2012, grâce au soutien de la Banque jamaïcaine de développement, sous la forme d’un investissement initial de 10 millions de dollars (environ 8,8 millions d'euros). JBG a évalué et présélectionné trois fournisseurs locaux de systèmes solaires, qui se sont vu confier la fourniture et l’installation de systèmes complets ainsi que les entretiens réguliers. L’entreprise a également aidé les éleveurs à obtenir des prêts auprès d'institutions financières agréées pour leur permettre d'acheter les systèmes solaires.

Alors que l’initiative était progressivement déployée, d'autres banques et institutions financières ont rejoint le projet et JBG les a convaincues d'utiliser les panneaux et les convertisseurs, et non plus les terres des fermiers, à titre de garantie. À la suite de négociations avec Jamaica Public Service Company Limited (JPS), le seul fournisseur d'électricité du pays, les éleveurs ont pu bénéficier d’un système de facturation leur permettant de ne payer que l’énergie nette consommée. Les systèmes à énergie solaire produisent de l'électricité en continu, même pendant les deux semaines de vide sanitaire durant lesquelles les bâtiments sont vides entre le départ des poulets finis repris par JBG et l’arrivée d’un nouveau lot de poussins. L'excédent d'électricité produit pendant cette période est revendu au réseau, ce qui correspond à un crédit diminuant d’autant la prochaine facture d’électricité des éleveurs.

Des économies d'énergie qui stimulent l'expansion de l'entreprise

Kadeon Davis, directrice générale de Kay-D's Farm, est une avicultrice de la troisième génération installée à Sainte-Catherine, en Jamaïque. Son grand-père s’est lancé dans l’élevage en 1969 avec 3 000 poussins. En 2007, Kadeon a rejoint l'entreprise familiale gérée par son père, Donald Davis, et ensemble ils sont parvenus à porter la capacité d’élevage de l’exploitation à 125 000 poussins pour chaque lot élevé durant six semaines. Kadeon Davis a également pris l’initiative de moderniser l’élevage, en commençant par remplacer les deux poulaillers traditionnels par des tunnels d’élevage.

L’exploitation compte aujourd’hui cinq poulaillers, mais à la suite de cette extension Kadeon a vu grimper sa facture d’électricité. En 2017, elle a donc pris une première mesure pour réduire ses coûts d’électricité : l’installation d’ampoules LED dans les poulaillers. Satisfaite de ces résultats, elle a ensuite fait appel aux fournisseurs de systèmes solaires présélectionnés par JBG afin qu’ils évaluent les besoins de son exploitation. Après avoir choisi son fournisseur et pris contact avec la division Energy Solutions de JPS, elle a installé un système solaire semi-autonome de 37 kWh relié au réseau. Le système, qui a été mis en service en octobre 2018, se compose de 183 panneaux solaires raccordés au réseau électrique principal. Dans un premier temps, elle a eu du mal à se faire prêter les fonds nécessaires pour cette acquisition mais, grâce au soutien de JBG, elle a finalement obtenu un prêt. “Le coût de l'énergie est élevé en Jamaïque et c’est mon principal poste de dépenses d’exploitation”, explique Kadeon Davis. “Ma facture est d’autant plus élevée que les poulaillers en tunnel utilisent un système de ventilation motorisé. Ces deux derniers mois, j’ai déjà constaté l’impact favorable du passage au solaire : ma facture d’électricité a diminué de 50 % et j’ai reçu un crédit de 450 euros.”

Des impacts multiples

“L’impact du programme s’est surtout traduit par une diminution de la consommation d’électricité dans les poulaillers, avec à la clé une baisse de la facture d’électricité pour les éleveurs”, souligne Pamela Russell. JBG a également été en mesure de supprimer progressivement sa subvention “énergie d’été”, de stabiliser les coûts de l'électricité et de répercuter les économies réalisées sur les consommateurs en proposant des produits moins chers. Des éleveurs comme Kadeon Davis utilisent également l’argent ainsi économisé pour se lancer dans de nouvelles activités ou pour les développer.

Fin 2012, 95 % des éleveurs sous contrat de JBG avaient installé au moins un système à énergie solaire raccordé au réseau. Depuis lors, la plupart des agriculteurs ont progressivement équipé le reste de leur exploitation de panneaux solaires et de nouveaux éleveurs sont également passés au solaire. “En tant que producteur agricole de premier plan, nous travaillons dans le respect de l'environnement et nous nous réjouissons de voir à quel point ce projet a changé le paysage de l'énergie solaire en Jamaïque, qui est devenue une source d’énergie mieux acceptée”, indique Pamela Russell. Grâce à l'initiative solaire de JBG, la production de dioxyde de carbone en Jamaïque a diminué d'environ 3 900 tonnes par an.

Natalie Dookie