Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) confirme sa fermeture pour la fin 2020.
Leading image

Des PME normées

Opportunités de marché

Accès au marché

Respecter les normes sanitaires et phytosanitaires est indispensable à toute entreprise qui veut exporter ses produits agricoles et agro-alimentaires sur le marché européen. Dans le cadre du 10e FED, l’Union européenne appuie depuis 2012 les PME béninoises pour améliorer la qualité de leurs produits.

Au fur et au à mesure que le taux de protection dans l’agriculture au niveau mondial diminue, les mesures non tarifaires – normes sanitaires, phytosanitaires, techniques et les certificats de conformité – ne cessent d’augmenter. Aujourd’hui, elles constituent le principal obstacle au commerce des pays ACP.

Suite, notamment, à l’arrêt fin 2002 des exportations de crevettes vers le mar- ché européen pour non- conformité aux règlements communautaires, le gouverne- ment béninois a décidé de mettre en place l’Autorité béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA) et de construire et équiper un Laboratoire de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments (LCSSA). Depuis 2012, l’Union européenne est en partenariat avec l’Agence belge de

développement (CTB) à travers le projet Amélioration de la qualité sanitaire et phy- tosanitaire des produits agricoles et agro- alimentaires. D’une durée de cinq ans, doté d'un budget de 2,8 millions d’euros, le projet a pour objectif d'accompagner le gouvernement et les PME béninoises pour améliorer la qualité des produits alimen- taires et favoriser leur accès aux marchés internationaux, tout en contribuant à la protection de la santé des consommateurs.

À mi-parcours, le projet a déjà obtenu des résultats tangibles dans le secteur pri- vé : cinquante PME ont été appuyées dans l’élaboration de leur propre plan de sécuri- té alimentaire et onze grandes entreprises alimentaires ont obtenu la certification HACCP (analyse des dangers et contrôle des points critiques). Il s'agit de la princi- pale plate-forme de législation internatio- nale portant sur la fabrication dans l’indus- trie agroalimentaire, tout acteur confondu. Elle permet une gestion optimale des pro- blèmes de sécurité alimentaire.

En outre, 90 groupes de femmes ont été formés aux meilleures pratiques d’hygiène et la population locale a été sensibilisée à la sécurité alimentaire via une campagne d’information diffusée à la télévision na- tionale et sur les radios communautaires. Un programme de formation et de suivi du personnel de contrôle de l’ABSSA a été mis en place et le LCSSA a été renforcé. 

Au Rwanda, des produits frais sur commande pour les citadins

par

Une épicerie en ligne avec service de livraison offre des débouchés aux fabricants de produits frais, en tirant profit des données des consommateurs pour connecter l’offre locale et la demande.

En Ouganda, une herbe locale pour éviter les pailles en plastique

par et

Près de 200 agricultrices complètent leurs revenus en fournissant une herbe avec laquelle Our Roots Africa fabriquent des pailles.

Au Nigeria, les femmes rurales révolutionnent le commerce des graines de caroube

par

Une start-up de transformation alimentaire développe le potentiel d’une culture locale nourrissante et bon marché, tout en offrant aux femmes rurales l’accès à un marché fiable.

En Tanzanie, le bon filon des snacks à base de patate douce

par

Une entreprise de transformation agricole produit des aliments nutritifs à base de patate douce et offre ainsi un marché direct aux agriculteurs – principalement des jeunes et des femmes – de la région.

Ne pas manquer l'opportunité de travailler avec CTA. Abbonez-vous maintenant!