Applications TIC : dans les Caraïbes, une production agricole moderne et connectée

La production agricole caribéenne est ralentie par un accès limité à des informations locales actualisées. En réponse, de nouvelles applications en ligne et mobile permettent d’améliorer les rendements, de contrôler les nuisibles et les maladies et de réduire les pertes postrécolte.

CropGuard fournit aux agriculteurs des informations en temps réel sur les nuisibles et les maladies, ainsi qu’un accès à des spécialistes. © CropGuard

Dans les Caraïbes, un système de prévision des récoltes répond aux défis de l’offre et de la demande dans le secteur agricole en fournissant des informations sur la disponibilité des produits. La plateforme en ligne, créée par l’Office national de commercialisation et d’importation (MNIB) de Grenade, est alimentée par des agents de terrain qui visitent des exploitations et recueillent diverses informations sur leur capacité de production. Ces données concernent notamment l’emplacement de l’exploitation, ses sources d’irrigation et d’eau, ses cultures plantées (quantité et période de récolte) et l’utilisation de pesticides et d’engrais (fréquence et type – bio ou chimique). Moins de deux ans après le lancement du système, 565 des 2 100 producteurs inscrits au MNIB, soit 25 % d’entre eux, y ont recours.

L’une des principales difficultés s’agissant de l’amélioration de la production agricole dans la région est le manque d’informations fiables et disponibles rapidement, d’après une publication conjointe de l’Institut de recherche et de développement agricoles des Caraïbes (CARDI) et du CTA. “Le système de prévision des récoltes nous permet de mieux planifier la production agricole : nous savons désormais ce que le marché acceptera et nous pouvons conseiller aux producteurs ce qu’ils doivent ou ne doivent pas planter sur la base du nombre de producteurs que nous avons dans le système et de ce qu’ils plantent”, explique Ruel Edwards, PDG du MNIB. “Le système a aussi amélioré l’efficacité du secteur agricole : l’approvisionnement et la commercialisation sont désormais mieux ciblés, la production est surveillée et suivie et la traçabilité des produits est assurée, ce qui permet d’accroître la rentabilité des producteurs en adaptant l’offre à la demande”, ajoute-t-il.

Avant la création de la plateforme de prévision des récoltes, les pertes mensuelles de produits équivalaient à environ 10 % des achats. Ce chiffre est maintenant inférieur à 3 %. À long terme, le MNIB voudrait qu’au moins 80 % de ses producteurs aient recours au système, et souhaite même l’étendre à d’autres îles. Pour cela, l’Office s’efforce d’améliorer la convivialité et la capacité d’information du système. “À terme, nous voulons perfectionner et intégrer le système sous une plateforme régionale unique. Jusqu’à présent, nous avons été rejoints par la Barbade”, indique Ruel Edwards.

Des entrepreneurs de la Barbade vont eux aussi de l’avant avec leurs propres applications TIC. L’une de celles qui rencontrent le plus de succès est CropGuard, un système en ligne et mobile pour la gestion des nuisibles, initialement mis au point dans le cadre du programme AgriHack Talent Caraïbes 2014 du CTA. Suite au concours, qui a vu CropGuard décrocher la deuxième place et recevoir ainsi une enveloppe de 4 000 €, les développeurs Troy Weekes et Leonard Seale, de la société coopérative Addis Alem, ont lancé l’application en 2015. Aujourd’hui, 200 producteurs agricoles utilisent ce système alimenté par 60 agents et experts agricoles, dont des pathologistes et entomologistes. “CropGuard est une plateforme TIC conviviale et intuitive de partage de connaissances destinée à améliorer la production agricole en réunissant des acteurs de la chaîne de valeur pour apporter des solutions aux problèmes liés aux nuisibles et aux maladies avant qu’ils ne se manifestent et ne se répandent”, résume Troy Weekes.

Les pertes dues aux nuisibles et aux maladies représentent entre 30 % et 40 % de la production. Avec CropGuard, les producteurs reçoivent des informations préventives sur les menaces potentielles et ont accès en temps réel à un réseau de spécialistes expérimentés pouvant les aider à identifier la menace et leur donner des conseils pour y répondre. Auparavant, les producteurs devaient patienter entre 3 et 21 jours pour obtenir un diagnostic fiable sur les nuisibles et les maladies. Avec CropGuard, ce délai est réduit à quelques heures. “Avec cette information, les producteurs peuvent réagir rapidement et les fournisseurs ont également accès à des informations sur la demande pour le produit”, explique Troy Weekes. “Les informations agrégées du système sont partagées avec les chercheurs, les régulateurs et les décideurs politiques, et la formation des producteurs [à l’utilisation du système] est continue”, poursuit-il. “Nous avons aussi mené des recherches en Jamaïque récemment, et nous consolidons actuellement ces informations pour créer une base de données destinée à un public caribéen plus large.”

Natalie Dookie

Le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) est une institution internationale conjointe des Etats du Groupe ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et de l’Union européenne (UE). Le CTA opère dans le cadre de l’Accord de Cotonou et est financé par l’UE.